Faire société

Un soir de novembre 2015, un mot clé spécial apparaissait sur Twitter : #PorteOuverte. Derrière ce hashtag : une chaîne de solidarité extraordinaire face à l’horreur. Des anonymes utilisaient les réseaux sociaux pour proposer un abri à de parfaits inconnus qui fuyaient la folie meurtrière d’une poignée d’hommes. Vous vous souvenez ?
Depuis, l’histoire que l’on raconte de cette soirée et de celles qui ont suivies est tout autre. Relégué à l’anecdote, on préfère parler de la peur, de la crise, de la méfiance plutôt que de cet élan d’humanité. Le discours ambiant laisse à penser que le voisin est responsable, que se protéger les uns des autres est la meilleure solution. Pourtant une autre histoire est en train de se jouer. Comme le disait Nelson Mandela “j’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre”. Laissez-nous vous raconter une autre histoire.

Cet impératif de solidarité ressenti par ceux qui ont relayé #PorteOuverte est un chemin emprunté depuis des siècles. Sans forcément en avoir conscience, en tweetant, ils s’inscrivaient dans les pas de héros ordinaires. Qui sont-ils ? Des hommes et des femmes qui s’unissent en mettant le partage, la confiance, la fraternité, la justice pour tous et la responsabilité de chacun au cœur de leur vie, et de leurs actions. Pour eux, « faire société » n’est pas qu’une simple expression, c’est un idéal, et ils lui retirent ses guillemets chaque jour.
Certains recueillent des fonds pour financer la recherche contre une maladie rare. D’autres ont créé un collectif avec leur voisin pour animer la vie de leur quartier, pour se connaître. Il y a ceux qui mettent en relation producteurs et consommateurs locaux, et ceux qui viennent en aide aux personnes démunies. Leur point commun : ils le font par passion, pas pour l’argent. Ils ont tout simplement décidé ensemble d’emprunter un chemin différent, au bénéfice de tous. Ils sont une lueur d’optimisme et d’inspiration.

Aujourd’hui, un simple mot clé sur un réseau social est le visage de cette détermination à faire société. Grâce aux nouvelles technologies, échanger, partager, se mobiliser et agir n’a jamais été autant à notre portée. Et si cette histoire n’est pas celle que l’on raconte tous les soirs à 20h, elle est pourtant là: nous sommes de plus en plus nombreux, et notre message peut toucher tout le monde. Notre voix porte bien plus qu’hier, et bien moins que demain. Les oreilles qui l’écoutent se font à chaque instant plus attentives. Pétitions en ligne, plateformes collaboratives, logiciels libres et réseaux sociaux sont nos terrains de jeu. Nous utilisons le numérique, au service de l’intérêt du plus grand nombre. Parce que certaines causes nous dépassent, et que c’est dans les yeux de l’autre que s’exprime notre humanité.

C’est parce que ce mouvement-là est en marche que la Social Good Week existe, impulsée par HelloAsso et des centaines d’amis et partenaires. Pour lui donner corps et lui rendre hommage. Dans toute la France, nous, acteurs de l’innovation citoyenne et du web social et solidaire, nous réunissons et montrons que des solutions existent et sont à l’œuvre face aux défis d’aujourd’hui. Rejoignez ce mouvement, connectez-vous les uns aux autres, regardez votre voisin, votre collègue, vos amis et votre famille en vous posant cette question : et si agir ensemble permettait d’écrire une autre histoire ?

Léa Thomassin et Ismaël Le Mouël, co-fondateurs de HelloAsso

Copyright 2016 Social Good Week - conçu par HelloAsso

Send this to friend