Le numérique peut-il sortir les gens de la rue ?

13 mars / Liberté Living Lab à Paris

 

C’est une question volontairement « provoc’ », nous a confié Jean-Marc Potdevin d’Entourage en préambule de la soirée. Pendant près de 2 heures, intervenants et public ont échangé sur la question des usages numériques des personnes sans-abris et sur la prise en compte de l’outil digital dans l’accompagnement des personnes.

___
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Marianne Trainoir est docteure en sciences de l’éducation à l’Université Rennes 2. Auteure d’une thèse sur les pratiques numériques des personnes sans-abris, elle a introduit la soirée en illustrant et relatant chiffres et analyses détaillés.


Au cœur d’une transformation numérique globale, l’outil digital doit être pris en compte dans l’accompagnement des personnes et le travail des professionnels. Les personnes sans-abris sont souvent connectées et grâce à l’outil numérique, elles gardent un lien social, elles restent « connectées » à un réseau, virtuel peut-être, mais souvent solidaire, précieux.

C’est ce que nous a raconté Kenny. Après 15 ans dans la rue, ils s’est emparé des réseaux sociaux, dès leur arrivée sur la toile pour converser, raconter, rester lié à son entourage et ses amis.


Enfin, toute la question de la transformation numérique dans le travail social a longuement été abordée. La dématérialisation des documents administratifs – que les personnes sans-abris doivent conserver sur eux – est un réel enjeu : « transporter 6 mois de papiers dans mon sac à dos, souvent mis à mal, et devoir raconter mon parcours à chaque structure que je rencontre… c’est la galère ! Et encore plus quand vous les perdez ou quand il y a un souci de transmission de documents entre structures ! Avec cette idée du dossier « en ligne », que les structures peuvent récupérer en évitant de perdre du temps à raconter son parcours… si j’avais connu l’outil lorsque j’étais dans la rue, ça m’aurait sauvé plus d’une fois ! », complétait Kenny, faisant allusion à la plateforme Reconnect, présentée par Pierre Digonnet.

À la fin de la table-ronde, Olivier Lebel, ancien directeur général de la Croix Rouge et de Médecins du monde est venu synthétisé ce qu’il s’est dit en apportant son œil de professionnel. Nous l’avons interviewé.


Jean-Marc Potdevin, fondateur d’Entourage, réseau de solidarité de proximité, est venu conclure face caméra sur cette soirée en revenant sur les temps forts des échanges.


Copyright 2018 Social Good Week - conçu par HelloAsso

Send this to friend